Devenir sociétaire

Être sociétaire Banque Populaire, c’est bénéficier d’un statut particulier.

La Banque Populaire est une société coopérative. Elle émet des titres de propriété en échange d’un apport financier : « la part sociale ».
La part sociale n’est pas cotée, sa valeur nominale est fixée par les statuts de chaque banque.

Etre sociétaire c’est détenir une part du capital, c’est être informé sur sa banque, participer et voter aux Assemblées Générales, s’impliquer dans la vie de sa banque.

En devenant sociétaire, vous vous donnez les moyens d’agir. En plus de participer aux décisions en Assemblée Générale :

  • Vous vous impliquez dans la vie économique de votre région.
  • Vous partagez des initiatives avec d’autres sociétaires dans le cadre des actions menées par votre banque : réunions de sociétaires, clubs, Prix Initiatives Région.

Ensemble, nous construisons une vraie relation dans la durée, au fil des différents projets que nous vous aidons à mettre en place. Cette fidélité est essentielle pour votre Banque Populaire.

Le Conseil d’Administration de votre banque - que vous avez élu - propose, chaque année, le taux d’intérêt de vos parts sociales au vote de l’Assemblée Générale à laquelle vous participez. En application de l’article 14 de la loi du 10/09/1947, ce taux ne peut excéder le taux moyen de rendement des obligations des sociétés privées.

  • La détention de parts sociales ne se résume pas à un placement financier. C’est aussi la volonté de s’engager dans le développement de sa banque et de participer à la vie économique et sociale du tissu local.
  • Imposition au barème progressif de l’impôt sur le revenu après application d'un abattement de 40%.
  • Application d’un prélèvement forfaitaire obligatoire faisant office d’acompte d’impôt sur le revenu, opéré à la source sur le montant brut (avant abattement) au taux de 21%. Le prélèvement est imputé sur l’impôt sur le revenu calculé selon le barème progressif, dû au titre de l’année du paiement des intérêts. L’excédent éventuel est restitué par les services fiscaux. Le cas échéant, vous pouvez cependant être dispensé de ce prélèvement dans certaines conditions (n’hésitez pas à vous renseigner).
  • Enfin, s’il y a intérêt et si le montant total des intérêts perçus au cours d’une même année par son foyer fiscal est inférieur à 2 000 euros, le sociétaire peut opter, dans le cadre de sa déclaration de revenus pour l’imposition de ces intérêts au taux forfaitaire de 24%. Dans ce cas, le prélèvement forfaitaire obligatoire opéré à la source (sauf demande de dispense) est libératoire de l’impôt sur le revenu.
  • Dans le cadre d'un PEA (Plan d’Epargne en Actions) : exonération des plus-values et des revenus (hors contributions sociales) selon la réglementation en vigueur.