Actualités

23 mars 2018
Deux nouvelles e-nov'agences en mars
Oyonnax et Besançon République
​La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté ouvre deux nouvelles e-nov’agences les mercredis 14 et 28 MARS 2018 à OYONNAX et BESANçon république. En comptant 21 ouvertures d’enov’agences entre 2015 et 2017 et déjà 4 depuis janvier 2018, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté confirme son statut de banque innovante en poursuivant son projet de conjuguer digital et proximité pour une relation « sans distance ». En mars, 2 nouvelles enov’agences voient le jour : Oyonnax et Besançon République. Tournée vers le client, l’agence nouveau concept est accueillante, chaleureuse et ouverte. Le conseil, le professionnalisme et l’efficacité sont mis en évidence par un design, une ergonomie et des technologies adaptés. Vous pouvez bénéficier de l’expertise des conseillers spécialisés de l’agence dans des espaces repensés. Vous êtes accompagnés grâce à des innovations au service de la relation client (signature électronique, vente à distance, affichage dynamique...), et à l'application mobile et ses nouvelles fonctionnalités (agrégation de comptes, envoi de documents depuis l'application, Sm@rt'retrait...). Tentez de gagner un ipad Vous êtes invités à venir découvrir l'agence d'Oyonnax dès le mercredi 14 mars tandis que les dijonnais devront patienter jusqu’au mercredi 28 mars. Vous pourrez ainsi participer à notre grand jeu* pour tenter de remporter un iPad ! Pour cela, il suffit de remplir un bulletin et de le déposer dans votre enov’agence. Agence d'Oyonnax : 142 Rue Anatole France, 01100 Oyonnax Agence de Besançon République : 9 Rue de la République, 25000 Besançon Venez nombreux nous rencontrer ! *Extrait du règlement : Jeu gratuit, sans obligation d’achat, organisé du 14 mars au 13 avril 2018 pour l'ouverture de l'e-nov'agence d'Oyonnax et du 28 mars au 27 avril 2018 pour l'ouverture de l'e-nov'agence de Besançon République. Un seul bulletin par foyer. La dotation est la suivante : un iPad d'une valeur unitaire de 409 € TTC. Après tirage au sort, les 2 gagnants seront avisés par courrier et invités à venir retirer leur lot dans leur e-nov’agence respective. Règlement complet déposé auprès de la SCP Astruc-Rivat - Huissiers de justice associés 19 avenue Albert Camus - BP 85379 - 21000 Dijon. Le règlement peut être obtenu gratuitement sur simple demande écrite (timbre remboursé au tarif lent en vigueur) adressée par courrier à Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté Service Relation Clients - 5 avenue de Bourgogne - CS 40063 - 21802 QUETIGNY.  
19 mars 2018
Deux nouvelles e-nov'agences ont ouvert en Février
Macôn Gambetta et Dijon Nation
​La Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté ouvre deux nouvelles e-nov’agences les mercredis 14 et 28 février 2018 à Mâcon Gambetta et Dijon Nation. En comptant 21 ouvertures d’enov’agences entre 2015 et 2017 et déjà 2 en janvier 2018, la Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté confirme son statut de banque innovante en poursuivant son projet de conjuguer digital et proximité pour une relation « sans distance ». En février, 2 nouvelles enov’agences voient le jour : Mâcon Gambetta et Dijon Nation. Tournée vers le client, l’agence nouveau concept est accueillante, chaleureuse et ouverte. Le conseil, le professionnalisme et l’efficacité sont mis en évidence par un design, une ergonomie et des technologies adaptés. Vous pouvez bénéficier de l’expertise des conseillers spécialisés de l’agence dans des espaces repensés. Vous êtes accompagnés grâce à des innovations au service de la relation client (signature électronique, vente à distance, affichage dynamique...), et à l'application mobile et ses nouvelles fonctionnalités (agrégation de comptes, envoi de documents depuis l'application, Sm@rt'retrait...). Tentez de gagner un ipad Vous êtes invités à venir découvrir la première enov’agence mâconnaise dès le mercredi 14 février tandis que les dijonnais devront patienter jusqu’au mercredi 28 février. Vous pourrez ainsi participer à notre grand jeu* pour tenter de remporter un iPad ! Pour cela, il suffit de remplir un bulletin et de le déposer dans votre enov’agence. Agence de Mâcon Gambetta : 10 rue de Lyon, 71000 Mâcon Agence de Dijon Nation : 9 Rond-point de la Nation, 21000 Dijon Venez nombreux nous rencontrer ! *Extrait des règlements : Jeu gratuit, sans obligation d’achat, organisé du 14 février au 13 mars 2018 pour l'ouverture de l'e-nov'agence de Mâcon Gambetta et du 28 février au 27 mars 2018 pour l'ouverture de l'e-nov'agence de Dijon Nation. Un seul bulletin par foyer. La dotation est la suivante : un iPad d'une valeur unitaire de 409 € TTC. Après tirage au sort, les 2 gagnants seront avisés par courrier et invités à venir retirer leur lot dans leur e-nov’agence respective. Règlement complet déposé auprès de la SCP Astruc-Rivat - Huissiers de justice associés 19 avenue Albert Camus - BP 85379 - 21000 Dijon. Le règlement peut être obtenu gratuitement sur simple demande écrite (timbre remboursé au tarif lent en vigueur) adressée par courrier à Banque Populaire Bourgogne Franche-Comté Service Relation Clients - 5 avenue de Bourgogne - CS 40063 - 21802 QUETIGNY.
21 février 2018
La croissance américaine plus forte à court terme
Après l'élection de Donald Trump, l'économie américaine va changer de profil, au moins temporairement.
Après l'élection de Donald Trump, l'économie américaine va changer de profil, au moins temporairement. La croissance sera plus soutenue que ce qui était attendu, l'inflation un peu plus forte sans être excessive et les taux d'intérêt seront plus élevés. Parmi les mesures attendues dès 2017 figure une baisse significative des impôts pour les ménages et pour les entreprises. Le chiffrage réalisé annonce un peu plus de 6 000 milliards de dollars de baisses d'impôt sur dix ans, l'objectif étant de soutenir les dépenses de consommation et d'améliorer la situation des entreprises pour qu'elles investissent davantage aux USA. Ces mesures auront une certaine efficacité sur la croissance en 2017 et 2018. Cependant, la hausse de la demande va se traduire par des pressions un peu plus fortes sur les prix.  C'est cette rupture qui explique la hausse des taux d'intérêt constatée depuis l'élection. Jusqu'à présent, pour soutenir la demande intérieure, les banques centrales devaient être les plus accommodantes possibles, ce qui justifiait les taux d'intérêt très faibles, parfois négatifs, que l'on a pu observer dans les taux de référence des banques centrales. Ce phénomène était aussi constaté dans la zone euro avec, en plus, des taux négatifs pour les obligations d'État de maturité de moyen terme. La politique budgétaire plus volontariste va soutenir la demande intérieure. Dès lors, la Banque centrale américaine n'aura plus l'obligation absolue de maintenir des taux d'intérêt les plus bas possibles pour soutenir la demande ; et l'ensemble de la structure des taux d'intérêt va donc remonter aux USA. L'impact sur l'Europe sera limité en 2017. La hausse de l'activité ne se fera pas sentir et l'Europe ne connaîtra une accélération de sa croissance sous influence américaine que si d'autres mesures sont mises en œuvre pour que la relance s'inscrive dans la durée. À court terme, le risque est celui d'une hausse durable des taux d'intérêt en sympathie avec celle observée outre-Atlantique. La Banque centrale européenne (BCE) ne le souhaite pas pour ne pas pénaliser la croissance, et fera le nécessaire dans un contexte qui restera peu inflationniste. L'ajustement à cette situation nouvelle passera par une appréciation du dollar, ce qui a déjà commencé. Le reste du programme de Donald Trump sera plus difficile à mettre en œuvre. Si la baisse de la fiscalité a obtenu l'aval du Congrès républicain, ce dernier reste réticent à accroître les dépenses. Or les 1 000 milliards de dollars de dépenses d'infrastructure sur dix ans annoncées par le candidat républicain doivent être validées par les parlementaires et trouver un financement. Pour passer tous ces obstacles, ces nouvelles dépenses se feront dans un futur un peu plus éloigné que la baisse de la fiscalité ; dans le meilleur des cas en 2018-2019.  L'autre fait marquant de la campagne était la défiance vis-à-vis du reste du monde et la volonté des Américains de se replier sur eux-mêmes en se coupant partiellement de la dynamique du commerce mondial. Ce point ne semble plus être à l'ordre du jour. Certes, le retrait de la négociation commerciale avec l'Asie (hors Chine) est un gage donné aux électeurs, mais sans conséquences dommageables tant qu'il n'est pas mis en place.  D'autres facteurs pourront affecter la trajectoire de l'économie : la remise en cause du système de santé qui pourrait pénaliser les personnes aux revenus les plus réduits, ou encore la déréglementation bancaire souvent évoquée *via* une réduction des mesures mises en œuvre après la crise de 2008. L'effet de court terme devra trouver un relais à moyen terme, sinon l'économie restera condamnée à une croissance réduite, comme c'est déjà le cas depuis 2011. Rédigé le 25/11/2016
21 février 2018
Flash marchés Semaine du 21 au 25 novembre
Environnement économique Zone euro : la première estimation de l’enquête PMI Markit auprès des entreprises signale la plus forte croissance mensuelle de l’activité globale, en octobre, depuis décembre 2015. Elle est conforme à un taux de croissance économique de 0,4 % pour le dernier trimestre. L’activité reste solide en Allemagne ; la France enregistre sa deuxième plus forte expansion depuis un an, alors que l’Espagne joue le rôle de locomotive, progressant à un rythme annuel de 3,2 %, même si le pays n’a pas retrouvé son niveau d’avant crise. Etats-Unis : les données économiques ont conforté l’anticipation d’une hausse des taux directeurs en décembre, ce qui a permis au dollar d’atteindre 1,06 dollar pour un euro, au plus haut depuis un an. Rappelons que les sommets précédents ont été atteints en juin 2001 (0,849 dollar) et décembre 1984 (0,71 dollar). Les commandes de biens durables ont augmenté de 4,8 % en octobre (+ 1 % hors transport et aéronautique). La croissance du secteur privé en novembre (Indice PMI Markit) se maintient à un rythme solide, donnant un tableau rassurant de l’économie selon les analystes. Le début des promotions pour les fêtes de fin d’année (Black Friday) va servir d’indicateur pour la consommation des ménages. Marchés financiers Taux : les rendements des emprunts d’État à 10 ans sont restés relativement stables. Aux États-Unis, l’approche de la hausse probable des taux directeurs en décembre a porté le niveau des rendements à 2,36 %, alors qu’il se situait à 2,26 % en fin 2015. Si la contagion existe en zone euro, les taux n’ont pas retrouvé les rendements de début d’année. On constate aussi que les écarts de rémunération se sont accrus entre l’Allemagne et la France, l’emprunt français devant désormais payer une prime supérieure de 50 points de base par rapport à son homologue d’outre-Rhin. Action : la fermeture partielle du marché américain pour cause de fête nationale, l’approche du référendum italien sur la constitution et l’élection présidentielle en Autriche ont paralysé les initiatives. Dans des volumes étroits, les actions américaines et celles de la zone euro ont néanmoins clôturé en petite hausse, dans un contexte de rebond des prix du pétrole. La réunion des membres de l’OPEP, le 30 novembre à Vienne, suscite des espoirs d’entente sur les quotas de production. On a assisté à des prises de profit sur les valeurs bancaires, après le rebond entamé à la fin septembre. Rédigé le 28 novembre 2016